Ondes, 5G et électrosensibilité : une médecin met en garde !

Ondes, 5G et électrosensibilité : une médecin met en garde !

Béatrice Milbert est médecin généraliste, pionnière sur le sujet des ondes électromagnétiques et des patients électrosensibles. Impliquée depuis la fin des années 1990, elle est également rapporteuse à l’assemblée nationale.

La problématique de la 5 G doit être abordée en tirant déjà les leçons de l’installation de la 4 G qui a déjà créé beaucoup de problèmes de santé dans la population totalement ignorés par les pouvoirs publics .la plupart des patients déjà électro hypersensibles du temps de la 3 G se sont vus considérablement aggravés lors du passage à la 4 G et certaines personnes qui ne souffraient d’aucun problème de santé sont devenues électro hypersensibles très rapidement lorsqu’elles ont été exposées à des antennes 4 G disposées en face de leur bureau professionnel comme me l’a exposé lors de sa première consultation Mlle A. en 2015: celle-ci âgée de 39 ans travaillait dans une grande entreprise à Paris ,était en pleine santé ,ne prenait aucun médicament ,adorait son travail jusqu’au jour où mi-décembre 2014 on vient installer quatre antennes 4G en face de son bureau ,soit à 90 m .n’ayant ni portable ni antenne relais près de chez elle.

Elle n’avait jamais ressenti de trouble avec les ondes électromagnétiques auparavant le 15 janvier 2015 soit un mois après la mise en route des quatre antennes 4G elle ressent des picotements au niveau du visage, des mains puis de violents maux de tête alors qu’elle n’avait jamais souffert de migraine puis des vertiges apparaissent ainsi que des cloques de lymphe au niveau des poignets et des chevilles et un érythème de tout le corps, comme une brûlure. Son cœur devient irrégulier, sa tension baisse à 9, elle présente des malaises, de la tétanie.

Des visiteurs extérieurs disent ne pas se sentir bien dans son bureau. puis elle a la sensation d’oreille bouchée, elle a du mal à entendre, elle a des difficultés à marcher, se tient au mur car elle a la sensation de tanguer, perd l’équilibre par moment jusqu’au jour où elle souffre tellement qu’elle décide de quitter définitivement son bureau et son cher travail !
Tous les bilans de santé effectués étaient normaux !une de ses collègues revient de vacances après trois semaines de repos, elle déclenche après 48 heures dans son bureau des symptômes identiques :problèmes de peau semblables à des brûlures puis tous les vaisseaux sanguins ont claque sur le visage et les bras ; 26 collègues du même côté du bâtiment qu’elles ,ont eu des symptômes de cette gravité.

ÉLECTROSENSIBILITÉ : UN TÉMOIGNAGE FORT

Le CRIIREM est venu faire des mesures et à trouver 6 V /m ,donc les normes européennes n’étaient pas respectées !la problématique de Mlle A ne s’arrête pas là… cherchant un lieu pour se mettre à l’abri et se ressourcer ,elle va dans la maison de ses parents en Bretagne ou sitôt arrivée elle se remet à souffrir de façon terrible, cette fois ci  c’est l’appareil Veolia qui est en cause, c’est un appareil GSM posé sur un compteur d’eau dans le jardin qui émet en continu comme le font  les compteurs Linky.

Elle m’a signalé que beaucoup de ses collègues qui eux ont continué à aller dans leur bureau malgré des symptômes similaires étaient à présent malades : AVC, troubles auditifs et neurologiques. D’autres cas m’ont été rapportés avec là encore des problèmes de santé graves tels que des cancers et des arrêts cardiaques, Qui survenaient dans des conditions absolument similaires d’exposition à des antennes 4G. L’état de ses personnes est nié par un organisme tel que celui de la sécurité sociale, les personnes ne peuvent plus travailler et elle se retrouvent en fin de droit, car leurs problèmes de santé ne sont pas reconnus…

Les opérateurs de téléphonie mobile eux non plus ne tiennent pas compte des dégâts humains qu’ils occasionnent puisque le problème de santé n’est même pas reconnu par notre système de soins, il n’y a rien à déclarer et rien à reprocher et les antennes continuent à être posées dans les clochers des églises ou sur les toits des écoles et des hôpitaux, cela peut encore durer longtemps ! Mais les  électro hypersensibles sont des sentinelles environnementales qui elles vont se protéger au maximum de ce fléau contrairement au reste de la population qui continue à utiliser ces merveilleux gadgets numériques en toute inconscience en collant bien leurs oreilles dessus toute la journée dans le bus, le métro, le TGV, en voiture alors que cela devrait être interdit car les appareils deviennent très dangereux cherchant sans arrêt une connexion… pire certains les gardent allumés toute la nuit sous leur oreiller : cancer du cerveau, stérilité, arrêt cardiaque, AVC, Alzheimer précoce sont devenus le lot des jeunes voir des très jeunes alors qu’habituellement on voyait ces  pathologies après 60 ans!

Mais cela n’éveille aucune inquiétude ,pas de recherche ,pas de décision de mesures de protection par notre ministre de la santé ,tout va très bien dans le meilleur des mondes jusqu’à l’arrivée de la 5G ! Elle est là et tout est fait pour en accélérer l’installation dans notre beau pays au détriment d’une population endoctrinée au tout numérique ; nos voisins belges ont mis un moratoire car la ministre de l’environnement a jugé qu’il était difficile pour elle d’imposer à ses concitoyens une technologie si peu validée scientifiquement quant à ses effets réels sur le vivant, quant à nos voisins suisses, ils viennent de voter massivement contre la 5G jugeant que si ça tuait  les oiseaux il fallait peut-être faire d’autres recherches scientifiques afin  de s’assurer de son innocuité sur notre cerveau, principe de précaution oblige !
Mettre en garde contre la 5G et exiger des recherches est un acte citoyen aujourd’hui!

Docteur Béatrice Milbert, rapporteuse à l’assemblée nationale sur la question des ondes électromagnétiques

Le livre “Les ondes, la 5G et notre santé”

5G et électroconscience

16 février 2020

Ondes et 5 G : Fake news vs. information vérifiée

16 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *