Discours de la servitude volontaire

5,50

97 en stock

Historiquement le Discours de la servitude volontaire (ou le Contr’un) est un livre écrit par Étienne de La Boétie au seizième siècle alors qu’il n’était pas encore majeur. Ce texte a été initialement publié en latin en 1574 avant d’être traduit et diffusé en français en 1576.

Cet ouvrage se situe entre le pamphlet et le réquisitoire et interpelle le lecteur sur la légitimité de toute forme d’autorité sur une population et tentant d’en analyser les raisons de sa soumission.

Il y a près de cinq siècle, la grande originalité de La Boétie est de pointer vigoureusement le fait que, contrairement à ce qu’on pourrait croire de prime abord, la servitude n’est pas forcée… mais qu’elle serait davantage et intégralement volontaire. Selon l’auteur, toute forme de pouvoir, quand bien même il se serait imposé par la force et la violence, ne peut véritablement dominer sans un peuple collaborant activement ou passivement. Le nombre se trouvant du côté de ce dernier, c’est donc à lui que revient la responsabilité de cet état de soumission et de servitude.

Il est à souligner que si ce concept a su passer les âges, Etienne de La Boétie a développé ici une approche absolument originale en pleine Renaissance. L’engagement du texte et la notion de désobéissance civile deux cents ans avant la révolution font de cet ouvrage un joyau de la littérature française.

Et bien qu’oublié durant des siècles, ce Discours de la servitude volontaire est aujourd’hui reconnu comme une pièce majeure et intemporelle reprise par des auteurs majeurs comme Henri BergsonSimone Weil et encore Wilhelm ReichGilles Deleuze ou Félix Guattari.

Préface exclusive du philosophe Raoul Vaneigem

En plus du note d’éditeur de plusieurs pages, cette réédition du texte de la Boétie est introduit pat une préface du célèbre philosophe et situationniste belge Raoul Vaneigem.
L’auteur de 86 ans nous gratifie d’un texte brûlant sur l’actualité. Lui qui, depuis des dizaines d’années, cite la Boétie en référence, vient ici prendre le prétexte du chaos mondial et des temps de confinement et privations de libertés individuelles de ces derniers mois pour nous exhorter à réfléchir sur notre condition.

Une note d’éditeur de Fabien Moine détaille la pertinence de le rééditer dans le contexte socio-politique actuel de 2020.

Pour appuyer cette réédition une superbe couverture a été réalisée par la graphiste Geneviève Gauckler.

Description